Palmarès vierge du Sénégal : Pape Diouf invite une réflexion générale

Palmarès vierge du Sénégal : Pape Diouf invite une réflexion générale

Wiwsport Le 2017-09-13  Source
Malgré son potentiel et la qualité de ses joueurs, le Sénégal n'a jamais rien gagné, excepté la médaille d'or remportée aux Jeux de l'Amitié en 1963. Face cette disette qui n'a que trop duré, le Franco-Sénégalais Pape Diouf, ancien président de l'Olympique de Marseille appelle une réflexion générale pour vaincre enfin le signe indien.

Pourquoi au Sénégal, on ne gagne rien du tout en football malgré le potentiel qui est le nôtré C'est la question que s'est posé Pape Diouf, l'ancien président de l'Olympique de Marseille, dans un entretien accordé l'Agence de presse sénégalaise, en marge du match entre le Sénégal et le Mozambique comptant pour l'Afrobasket masculin 2017.

Selon lui, le Sénégal a eu de grandes générations mais «le résultat reste toujours le même, excepté la seule médaille d'or remportée par le Sénégal en 1963, lors des Jeux de l'amitié». Pour l'ancien journaliste sportif, notre pays aurait dû ajouter plusieurs lignes notre palmarès, vu la qualité des joueurs qui se sont succédé en équipe nationale. Face cette situation, il appelle une réflexion générale en vue de vaincre le signe indien.

Appréciant les performances du Sénégal dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2018, Pape Diouf est d'avis qu'il faut laisser le coach Aliou Cissé poursuivre son travail la tête de l'équipe dans la mesure où « c'est un professionnel consciencieux qui a appris son métier ».

L'ancien patron du «Sportif» ne semble pas également très favorable l'idée d'adjoindre un autre technicien au staff technique des Lions, rappelant que des décisions similaires avaient été prises par le passé, mais «n'ont rien donné».

Pape Diouf a aussi réagi la décision de la Fifa de faire rejouer la rencontre entre l'Afrique du Sud et le Sénégal Johannesburg en novembre 2016. « Il faut reconnaître que c'est une décision prise retardement et qui impacte sur le groupe », a-t-il laissé entendre; ajoutant qu'il comprend parfaitement la réaction des adversaires de poule du Sénégal, savoir l'Afrique du Sud, le Burkina Faso, leader du groupe et son dauphin le Cap-Vert. Ces derniers se sont insurgés contre la décision de la Fifa de faire rejouer cette rencontre entre les Lions et les Bafana Bafana. Les Sud-Africains avaient remporté ce match 2-1 qui a été marqué par de graves erreurs de l'arbitre ghanéen Joseph Lamptey qui, a dans la foulée, été suspendu vie par l'instance mondiale du foot. «Si j'étais Burkinabè et/ou Capverdien, je m'opposerais et je me plaindrais après cette décision de la Fifa qui donne une nouvelle chance au Sénégal qui peinait dans le groupe de qualification», affirme encore l'ancien président de l'OM.

Pape Diouf dit comprendre la réaction de certaines personnes qui lient cette décision de la Fifa la nationalité de sa secrétaire générale. «Si je peux comprendre cette idée, on ne peut pas la défendre et c'est faire preuve de mauvaise foi ou de méconnaissance des arcanes du football mondial», a-t-il poursuivi.

D'après lui, la nationalité de Fatoumata Diouf Samoura, la Sg de la Fifa n'a aucunement influé dans cette décision même si, explique-t-il, on peut incriminer la Fifa d'avoir tardé prendre une décision sur cette affaire. Avec un match rejouer contre l'Afrique du Sud, le Sénégal qui compte 5 points, deux journées de la fin des éliminatoires, a de nouveau son destin en main dans la poule de qualification qu'il partage avec le Burkina Faso (6 points +2) et le Cap-Vert (6 points -2).

Source : Le Soleil

Nous vous recommandons