La sexualité chez les jeunes tunisiens : beaucoup d'hypocrisie

Sen360 Le 2016-11-04

Les jeunes, parlons-en en matière de sexualité et d'éducation sexuelle. Un chiffre a fait le Buzz sur la presse: 75% des jeunes tunisiens, filles et garçons, de 15 à 25 ans ont eu des relations sexuelles. Au moment où certains doutaient de la véracité de l'information, le ministère de la santé l'a bien confirmée. Le Docteur Sammar Sammoud, conseillère du Ministre de la santé, présente à lajournée de la contraception organisée par l'ONFP, a commenté ces chiffres et a demandé qu'on arrête l'hypocrisie et qu'on accepte de voir la réalité pour réagir efficacement et trouver des solutions. Car c'est un problème ce chiffre. Non par ce qu'il dévoile sur le comportement général de la jeunesse tunisienne, mais parce que justement cette jeunesse est mal accompagnée, mal informée, mal prise en charge. Dans les pays développés, dès l'école primaire les enfants sont sensibilisés à l'éducation sexuelle. En Tunisie, le pays champion de la planification familiale, où la pilule, les préservatifs, les interruptions volontaires de grossesses, ont été légalisés avant la France, ils sont pratiquement gratuits et à la charge de l'état, on n'ose pas encore utiliser l'expression «éducation sexuelle», on parle de «santé de la reproduction». Une expression, certes très laide, mais surtout qui ne parle pas aux jeunes. Ils vous disent «plaisir, sexe, montée des hormones», vous leur répondez « espacement des naissances, pilules, stérilet» Toute l'hypocrisie est là. On ne veut pas voir les besoins réels des jeunes. Il y a une dizaine d'année, des avant-gardistes avaient demandé de faire sortir le préservatif de la pharmacie et de le mettre dans des distributeurs plus accessibles. ?a n'a pas été fait.

Il y a encore plus longtemps, la médecine scolaire avait chargé les médecins scolaires d'organiser des séances d'éducation sexuelle aux élèves de 3e année du lycée, actuelle 1ere année. Ils ont été empêchés de le faire par le ministère de l'enseignement de l'époque.

Il faut comprendre que faire l'éducation sexuelle auprès des jeunes ce n'est pas faire la promotion de l'activité sexuelle. Bien au contraire, l'OMS a réalisé une étude dans laquelle il a été constaté que plus on commence tôt l'éducation sexuelle des jeunes, plus l'âge du premier rapport sexuel est retardé. En Tunisie, chez les travailleuses de sexe, cet âge se situe entre 15 et 19 ans.

Les espaces amis des jeunes: une bonne solution?

Résultats d cette hypocrisie, on se retrouve avec une jeunesse non encadrée en matière de sexualité, complètement livrée à elle-même, où qui cherche des réponses aux questions qu'elle se pose chez ses propres pairs, eux-mêmes en manque d'information juste. Là on peut dire qu'il y a un problème et qu'il y a un comportement à risque. Le risque étant d'avoir une grossesse non désirée, de contracter une infection sexuellement transmissible, de recourir à des méthodes dangereuses pour se faire avorter etc.

Pour rendre à César ce qui appartient à César, l'ONFP essaye depuis quelques années à trouver le moyen d'encadrer les jeunes. Il a créé les espaces «amis des jeunes». Il y en a 20 sur tout le territoire de la République. Ils ont pour mission de fournir de multiples services préventifs, de prise en charge médicale et d'accompagnement psychologique au profit des jeunes et des adolescents des deux sexes. Leur fréquentation reste assez discrète, car aller dans uns structure de planning familial quand on est célibataire, prête à confusion.



Nous vous recommandons