Faits divers - Présidentielle : ce que proposent les candidats face au terrorisme

De Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon, en passant par François Fillon et EmmanuelMacron, Le Parisien a recensé les propositions des candidats à l'élection présidentielle, à deux jours du premier tour.

Le Parisien: Illustration. Plusieurs candidats proposent de mettre fin à l'opération Sentinelle. © LP Illustration. Plusieurs candidats proposent de mettre fin à l'opération Sentinelle.

Pour la deuxième fois en quelques jours, le terrorisme a mis les pieds dans une fin de campagne dont l'issue est plus que jamais incertaine. Jeudi soir, un homme a fait feu sur des policiers en faction sur les Champs-Elysées, à Paris, tuant l'un d'entre eux et en blessant deux autres, dont un grièvement.

A LIRE. Attentat sur les Champs-Elysées : suivez en direct les événements de la journée

Revendiquée dans la foulée - peut-être même précipitamment - par Daech, cette fusillade a eu lieu durant le dernier grand rendez-vous des candidats, tous réunis au même moment sur le plateau de «15 minutes pour convaincre», sur France 2. Certains ont choisi de modifier leur intervention en conséquence, d'autres n'ont pu qu'évoquer les faits en fin d'émission, en moins de trois minutes. Récapitulatif de ce que les programmes des uns et des autres comporte en matière de lutte contre le terrorisme.

>Créer une garde nationale composée de réservistes militaires, 100 000 hommes capables de relayer les forces de l'ordre pour la surveillance et la sécurisation du territoire.

>Doubler le budget alloué au renseignement.

>Détacher les officiers de gendarmerie au sein de la DGSI.

>Autoriser le port permanent de l'arme pour les personnes habilitées (policiers, gendarmes, douaniers, certains militaires...)

>Créer une Cour de sûreté de la Nation disposant de tous les pouvoirs d'investigation et de jugement pour les affaires relevant du terrorisme.

>Les gardes à vue dans le cadre d'enquêtes relatives au terrorisme pourront être portées à 12 jours.

>Renforcer la lutte contre le cyber-djihadisme.

>Renforcer les moyens humains et techniques des services de renseignement intérieurs et extérieurs.

>Interdire et dissoudre les organismes de toute nature liés aux fondamentalistes islamistes.

>Expulser tous les étrangers en lien avec le fondamentalisme islamiste, notamment fichés S.

>Fermer les mosquées extrémistes. Interdire le financement public des lieux des cultes et autres activités culturelles qui y sont liées.

>Déchoir de nationalité française, expulser et interdire de territoire tout binational lié à une filière djihadiste.

>Rétablir l'indignité nationale pour les individus coupables de crimes et délits liés au terrorisme.

A LIRE AUSSI. Attentat : Macron et Le Pen, deux discours diamétralement opposés

>Créer une cellule spéciale du renseignement anti-Daech de 50 à 100 agents associant les principaux services de renseignement, placée auprès du Président de la République.

>Créer des centres pénitentiaires ad hoc de petite taille pour les djihadistes afin d'éviter tout prosélytisme.

>Créer 10 000 postes de policiers pour notamment renforcer le renseignement territorial.

>Permettre l'accès aux données des instructions en cours lorsqu'elles peuvent aider à la prévention d'actions et à la recherche de terroristes.

>Instaurer une meilleure coopération européenne en matière de sécurité et de renseignement.

>Mettre un terme à la guerre en Irak et en Syrie et y reconstruire une stabilité politique.

>Mettre en place une police de la sécurité quotidienne, mieux intégrée dans le tissu social, notamment dans les quartiers.

>Créer un coordinateur du renseignement rattaché au Premier ministre.

>Renforcer les moyens du renseignement territorial.

>Créer un délit d'entreprise terroriste individuelle.

>Renforcer les contrôles d'accès aux lieux publics et aux transports en commun.

>Créer 9 000 postes de policiers et de gendarmes.

>Sortir de l'état d'urgence.

>Changer de politique internationale, notamment au Moyen-Orient et en Afrique.

A LIRE.Présidentielle : le dernier jour de campagne des candidats chamboulé

>Ouvrir les frontières.

>Arrêter de vendre des armes à l'Egypte, à l'Arabie saoudite ou au Qatar.

>Intégrer les gendarmes au premier cercle de la communication du renseignement.

>Renforcer l'Europol et le connecter avec le système d'information Schengen II.

>Renforcer le renseignement en prison. Affecter un policier de la DGRI dans chaque établissement pénitentiaire.

>Pénaliser plus lourdement la consultation répétitive de sites djihadistes.

>Tout engagement de nos forces en dehors du territoire national, en particulier, doit être l'occasion d'un vrai débat suivi d'un vote.

>Retirer les forces militaires françaises déployées à l'étranger.

>Créer une cyber-armée pour lutter contre la propagande en ligne.

A LIRE. Attentat sur les Champs-Elysées : des éléments de radicalisation de l'assaillant trouvés chez sa mère

>Permettre la sortie de l'état d'urgence à l'initiative du parlement.

>Arrêter progressivement les opérations «Sentinelle» pour laisser la sécurisation des lieux publics à la police.

>Augmenter les moyens de la justice anti-terroriste.

>Renforcer le renseignement en revenant sur la fusion de la DST (Direction de la surveillance du territoire) et des renseignements généraux (RG).

>Peine de déchéance des droits civiques en cas de fraude fiscale ou d'activités illicites permettant le financement d'activités terroristes.

>Mettre fin à l'opération Sentinelle

>Limiter les plans Vigipirate à deux mois, renouvables trois fois par le Parlement. Au-delà, ils devraient être prolongés par référendum.

>Sortir de l'UE et rétablir les frontières françaises.

>Expulser les étrangers terroristes, criminels ou délinquants après leurs jugements définitifs.

>Réformer l'organisation du renseignement pour mieux faire face au terrorisme.

>Appliquer le livre IV du code pénal et en particulier les dispositions qui permettent de condamner à des peines allant jusqu'à 30 ans de prison tous les Français qui entretiennent des relations avec l'ennemi, notamment pour ceux qui se sont rendus en Syrie et en Irak.


Nous vous recommandons

International

Madagascar: les prix du riz s'envolent

Rfi