L'Institute for Energy Economics and Financial Analysis (IEEFA) vient de publier son nouveau rapport sur l'émergence de la Chine en tant que leader mondial dans le domaine de l'énergie. Si l'Afrique est absente du top 5 des destinations des investissements chinois entre 2002 et 2012, le continent devient une destination privilégiée de l'investissement chinois à partir 2010.

Les investissements chinois dans les projets d'énergie renouvelable à l'étranger ont atteint un niveau record de 32 milliards $ en 2016, soit une hausse de 60%. Ce qui fait du pays Mao Tse Tung le leader mondial en matière d'énergie propre, indique un rapport sur le sujet publié vendredi dernier par l'Institute for Energy Economics and Financial Analysis (IEEFA). Institut d'analyse économie énergétique et financière

La Chine, qui a finalisé 11 offres à l'étranger d'une valeur de plus de 1 million de dollars au cours de l'année écoulée, s'attend à une accélération du rythme de ses coopérations et investissements à l'étranger, notamment en Afrique.

Si le continent est absent du top 5 des destinations des investissements chinois à l'étranger dans le domaine des énergies renouvelables entre 2002 et 2015 (Etats-Unis, Australie, Canada, Brésil, Grande-Bretagne), l'Afrique devient de plus en plus présente à partir des années 2010, une période qui a coïncidé notamment avec la multiplication des plans nationaux d'énergie renouvelable à travers le continent.

Les investissements se multiplient

Aujourd'hui, selon le rapport de l'IEEFA, cinq des six plus grandes entreprises de fabrication de modules solaires à travers le monde sont chinoises et nombre d'entre elles investissement en Afrique. Et les entreprises chinoises ont commencé à pénétrer le marché subsaharien des énergies renouvelables de manière considérable en 2012 via l'Afrique du Sud où JinkoSolar a investi dans une usine photovoltaïque d'une capacité annuelle de 120MW. Depuis les projets de ce genre se sont multipliés.

L'année 2015 marquera certainement un tournant décisif des investissements chinois dans le secteur de l'énergie en Afrique. Que ce soit en Afrique du Sud, au Kenya, en Namibie, ? les entreprises chinoises ne cessent de décrocher les contrats dans un contexte où les pays africains tentent de renforcer leurs résilience face aux changements climatiques. En 2015, à titre d'exemple, le géant Goldwind a remporté un contrat EPC pour fournir son premier parc éolien en Afrique du Sud de 120MW.

Alors que ces investissements se sont multipliés en 2016, notamment en Afrique du Sud avec la centrale solaire de 150 MW réalisée par GCL-Poly en juin 2016 ou le projet de centrale solaire au Northern Cape remporté par JA Solar ou celui annoncé au Sénégal en novembre dernier pour CGN, la Chine devrait renforcer sa présence dans le domaine de l'énergie à l'échelle mondiale de façon générale et en Afrique en particulier.

Ristel Tchounand
la tribune afrique



Dites-nous ce que vous pensez de cet article ?

Nous vous recommandons

Economie

Comment Jammeh Menait Son Business

Seneweb

Economie

Gambie: Yahya Jammeh jette l'éponge

Agenceecofin