"Enfants de nulle part": un recueil de contes pour ressusciter les valeurs traditionnelles

Aps Le 2017-01-11  Source
Tambacounda, 11 jan (APS) - Hamad Dièye, professeur de mathématiques et sciences de la vie et de la terre (SVT),vient de publier aux éditions l'Harmattan ?'Enfants de nulle part'', un recueil de contes par lequel il entend ressusciter les valeurs morales traditionnelles.

Il s'agit de l'obéissance aux anciens, de l'esprit familial, de la solidarité, entre autres vertus perdues, qui sont pourtant essentielles pour toute société qui aspire à émerger.
Dédicacé samedi à Tambacounda, ?'Enfants de nulle part''est un recueil de trois contes illustrés par l'auteur lui-même. Les deux premiers sont des ?'faits divers qui peuvent se passer dans n'importe quel village du Sénégal'', a expliqué Hamad Dièye, dans un entretien accordé mardi à l'APS.
Le premier conte, ?'un cadeau tombé du ciel'', raconte l'histoire de trois enfants qui eurent la peur de leur vie, quand un hélicoptère leur largua un paquet, alors qu'ils coupaient du bois mort en brousse.Tout le village, les parents en premier, accourt sur les lieux, alertés par le bruit de l'appareil et les cris des enfants.
Cerécit vise à ?'éveiller l'esprit familial, de solidarité'', en montrant aux enfants combien leurs parents se soucient toujours d'eux, tout comme il met en exergue ?'l'entente qui règne dans le village et qui devrait régner dans n'importe quelle partie de la société'', a-t-il commenté.
La seconde histoire, ?'Un petit cheval roux'', parle d'un groupe d'élèves qui, pour n'avoir pas respecté la consigne d'un vieil homme qui leur a confié son cheval, de ne pas taper la bête attelée à une charrette, ont été renverséedans un marécage.Ce conte cherche à ?'susciter l'esprit d'obéissance aux plus âgés'', chez les enfants.
La troisième fable ?'L'enfant et la forêt magique'', plonge le lecteur dans le monde ?'surréel'' de la cosmogonie africaine où l' ?'on voit tout se mouvoir'', et où aussi bien les arbres que les esprits parlent.Ce conte qui relève du fantastique, fait l'éloge de l'amour familial, de l'ambition, mais aussi du sens du partage.
L'auteur regrette le fait qu' ?'on est en train de perdre'' les valeurssublimées dans ces histoires. En sa qualité de professeur au CEM de Gourel Diadié de la commune de Tambacounda, M.Dièye qui revendique sa ?'passion'' pour l'enseignement, a décidé de retourner au conte pour ?'éduquer'' les enfants.
Le conte est un des éléments qui faisaient la force de la société africaine traditionnelle, en ce sens qu'il servait à ?'moraliser la société''. ?'Le conte harmonisait la société en riant de manière paisible et douce'', note-t-il.
Au-delà des enfants, cet ouvrage est une invite à tous les responsables politiques ou autres, à un moment où ?'le Sénégal, l'Afrique et le monde traversent une crise des valeurs'', à puiser dans ce ?'creuset extraordinaire'' qu'est le conte.
?'Toutes les sociétés qui se sont développées ou qui ont eu à émerger, sont celles qui ont su garder leurs valeurs traditionnelles'', a-t-il affirmé, avant d'ajouter'Nous aussi il urge de revenir à nos valeurs, si nous voulons émerger et si nous voulons que nos sociétésdeviennent plus tard des sociétés de référence''.
?'Tout ce qui sera reçu comme droits d'auteur, sera reversé à l'enfance déshéritée, spécifiquement de la région de Tambacounda'', a-t-il assuré, relevant que parmi les bénéficiaires, il y a l'orphelinat Edekeur de Tambacounda, qui a déjà reçu une somme sur les premières ventes.
Né en 1961 à Niomar dans le département de Mbour, Hamad Dièye a été à l'Ecole privée catholique de Thiadiaye,avant d'aller au séminaire de Ngazobil. ?'Mon cursus littéraire a surtout débuté à partir de Ngazobil (où) j'ai découvert sur les rayons de la bibliothèque, les écrits de Senghor'', se remémore-t-il, indiquant avoir commencé à écrire en classe de 6-ème.
Depuis lors,Hamad Dièye qui s'est identifié à Léopold Sédar Senghor et Bernard Dadié, n'a pas cessé d'écrire, a-t-il raconté.'Mon cursus universitaire m'a permis de débuter presque tous les livres que j'ai aujourd'hui parmi lesquels ?'Enfants de nulle part'', a-t-il noté.
L'auteur assure que ce premier ouvrage ?'n'est qu'une avant-première'', car ?'beaucoup d'autres manuscrits'' inédits dorment encore dans son tiroir, dont des poèmes, des romans et même de l'histoire. L'un de ces écrits pourrait être édité courant 2017, a-t-il dit.


Dites-nous ce que vous pensez de cet article ?

Nous vous recommandons

Culture

ENA

Enqueteplus

Actu en continu - Dernière minute

Le FOPICA à la Berlinale pour s'ouvrir à d'autres expériences de financement (secrétaire permanent)

Aps

Alain Gomis, Ours d'argent à la Berlinale: "Arriver à construire quelque chose sur le long terme"

Aps

Vidéo photos: Pape et Cheikh mettent le feu à la Villa Krystal

Leral

Berlinale 2017: l'Ours d'or pour la réalisatrice hongroise Ildikà³ Enyedi

Aps

Le Sénégalais Alain Gomis gagne le Grand prix du jury pour l'unique film africain de la Berlinale

Leral

Actu People

Photos : Jessica Alba, Zac Efron, Beyonce... les premiers baisers des stars !

Public

Cristiano Ronaldo bientôt acteur dans une série avec... Angelina Jolie !

Public

Photos : Beauté Active, Noholita, June Sixty-Five et BeautyLicieuse... Quatre blogueuses dans le vent !

Public

Suivez Soumboulou Bathily chez Adama Barrow, les épouses du Président sont de grandes fan de l'actrice (Images)

Leral

Sexo : Dis-moi quel âge tu as et je te dirais combien de rapports sexuels tu devrais avoir...

Public

Actu Sport

Buteurs africains: le match parfait pour Pierre Webo

Rfi

LIGUE 1 : DIAMBARS, STADE DE MBOUR ET LINGU...RE, LES GRANDS BENEFICIAIRES DE LA 11-...ME JOURNEE

Galsenfoot

Cheikh Faye dans le Top 10 du ...'Basketball Without Borders''

Aps

Compétitions africaines: Gorée et Niary Tally éliminées

Aps

Ligue 1: Diambars, Stade de Mbour et Linguère, les grands bénéficiaires de la 11-ème journée

Aps
Publicité