Plus d'un Français sur deux a connu ou a craint la pauvreté

Afn360 Il y'a 1 semaine  Source

INFOGRAPHIES - Selon le baromètre Ipsos-Secours populaire diffusé ce jeudi, 37% de la population a déjà fait l'expérience de la pauvreté et 20% a cru être sur le point de connaître une telle situation. L'association y voit le signe que la pauvreté s'enracine, notamment chez les seniors.

Seule une minorité de la population n'a jamais craint de tomber dans la pauvreté. C'est l'enseignement livré par les derniers chiffres du baromètre Ipsos-Secours Populaire, réalisé chaque année pour l'association depuis dix ans. D'après l'enquête réalisée cette année, plus d'un Français sur deux indique avoir connu ou avoir eu peur d'être sur le point de connaître une situation de pauvreté. Les chiffres publiés, que l'association juge «dramatiques», traduisent une tendance visible depuis plusieurs années: les difficultés financières sont ressenties de plus en plus durement, jusqu'à renoncer à des dépenses essentielles, et la crainte vis-à-vis de l'avenir s'accroît. Voici cinq enseignements à retenir de ces résultats pour l'année 2017.

En 2017, 57% des sondés déclarent ainsi s'être dit, au cours de leur vie, qu'ils étaient «sur le point de connaître une situation de pauvreté» s'être trouvés menacés par la pauvreté. Ils étaient 55% en 2016 et 52% en 2015.

Dans le détail, en 2016, plus d'un tiers (37%) des Français font part de cette crainte en indiquant avoir déjà connu une telle situation et un sondé sur cinq indique avoir craint de connaître une telle situation sans l'avoir en réalité expérimentée.

Un chiffre illustre cette précarité ressentie par de plus en plus de Français: un sur cinq indique vivre à découvert, faute de pouvoir boucler le budget mensuel en étant à l'équilibre (11%) ou en ayant des difficultés telles que la crainte de basculer dans la précarité s'installe (8%). Ces chiffres «apportent la preuve de l'immense détresse à laquelle sont confrontés de plus en plus de Français», estime le Secours populaire.

Une très large majorité des sondés considère que la génération de leurs enfants risque davantage d'être confrontée à une situation de pauvreté que leur propre génération. Pour 47% d'entre eux, ce risque est beaucoup plus élevé, et il est un peu plus élevé pour 37% d'entre eux. Au total, plus de 8 sondés sur 10 (84%) partagent l'idée que le risque de pauvreté est plus fort pour les plus jeunes générations.

© unknown

Près de la moitié (46%) des personnes interrogées dans le cadre de ce baromètre situent le seuil de pauvreté au-dessus de 1000 euros de revenu net pour une personne seule. Un quart (26%) le situent à tout juste 1000â ¬. Le seuil de pauvreté moyen qui se dégage de ce sondage est 1113 euros, soit 45 euros de plus que la précédente enquête, en 2016. Il se situe ainsi à seulement 36 euros du salaire minimum.

Le seuil de pauvreté fixé par l'Insee correspond à 60% du revenu mensuel médian, soit 1008 euros actuellement. De façon générale, le Secours populaire souligne que la perception de ce seuil de pauvreté n'a cessé d'augmenter en dix ans, tandis que le montant du salaire minimum n'a pas connu la même trajectoire.

On note sur ce point une disparité importante selon les générations: les moins de 35 ans situent ce seuil à 1028 euros, là où les plus de 60 ans considèrent qu'une personne seule est pauvre si elle gagne moins de 1186 euros.

Sans surprise, les vacances ainsi que l'accès à des activités culturelles sont les premiers postes de réduction des dépenses pour une grande partie des Français. Ainsi, 45% d'entre eux déclarent avoir des difficultés à partir en vacances une fois pas ans faute de budget, et 43% éprouvent également des difficultés à s'offrir des loisirs ou des sorties culturelles, seul ou en famille.

© unknown

Un autre domaine pourtant essentiel reste très lié aux difficultés financières: la santé. Quatre sondés sur dix (39%) indiquent rencontrer des difficultés à payer certains actes médicaux qui sont remboursés par la Sécurité sociale. Dans le détail, un cinquième des sondés a déjà renoncé à l'achat de prothèses dentaires faute de moyens et 16% ont déjà renoncé à une consultation chez un médecin spécialiste pour les mêmes raisons. En ce qui concerne l'accès à des lunettes ou à des médicaments, 12% des personnes interrogées s'en sont également privé faute de budget.

© unknown

Dans cette édition 2017, le Secours populaire consacre une analyse particulière aux seniors. L'association «s'inquiète de la pauvreté qui affecte de plus en plus» cette catégorie de... suite de l'article sur AFN360.com

Dites-nous ce que vous pensez de cet article ?

Nous vous recommandons